IMG_9146

            Les Akhas à guêtres brodées (ou Kaws), sont d'origine tibéto-birmane. Ils ont une population de 48, 470 habitants, 258 villages, habitent en moyenne 5 par hutte sur pilotis et représentent 7 % de la population tribale de la Thaïlande.
Ils vivent sur les montagnes ou à flanc de colline et sont assez difficiles à atteindre. Ils sont réputés pour la culture de l’opium et plusieurs en sont dépendants. Les femmes  travaillent et les hommes sont à la maison. Elles fument la pipe et chiquent le bétel (masticatoire stimulant et astringent composé de feuilles de poivrier grimpant) ce qui leur donne une bouche toute rouge et des dents noires. Si elles accouchent de jumeaux ou d’un enfant handicapé, c’est l’horreur. Elles les étouffent ou les brûlent et les abandonnent dans la forêt. Ces enfants sont considérés comme des démons et leurs parents sont souillés. Le village est alors paralysé et l’on procède immédiatement aux rituels de purification de la communauté, de la génération affectée et du couple.
Les Akhas mangent leur chien pour son foie et en raffolent en soupe. 
IMG_8068Les Akhas sont panthéistes et ils consultent et honorent les ancêtres pour leur sagesse. À chaque entrée et sortie des villages, une « porte pour les esprits » est dressée afin de délimiter le monde des esprits de celui des hommes. Pour entrer dans un village, il faut passer à travers cette porte pour se purifier des mauvais esprits de la jungle. La femme akha porte la jupe ainsi que les jambières décorées. Sur la tête, une coiffe haute et colorée en fer blanc, agrémentée de dizaines de pièces d’argent.
Ils ont le désir de CONTINUITÉ spécialement en relation aux ancêtres mâles dont ils connaissent le nom, par ordre chronologique, « jusqu’aux débuts de l’humanité ». Ils se sentent une grande responsabilité dans la chaîne évolutive de l’histoire Akha. On les trouve en grand nombre au marché de nuit de Chiang Mai.
Ils sont des vendeurs agressifs sur leur territoire. Vous devrez parfois les payer pour les photographier !

IMG_9142