DSC02361

DSC02365

 

20141018_110426_1-1

 

 

DSC02521

Tout autour des sîtes d'Angkor vivent, dans une grande pauvreté, des khmers courageux qui souhaitent s'en sortir. Nous avons essayé, encore cette année, de leur apporter une assistance morale et une aide financière.

 

DSC09632

Sonsun, a maintenant 27 ans. Il vient d'un famille de paysans très pauvres. Dans notre désir d'offrir au Cambodge un médecin, nous l'avons accompagné psychologiquement et financièrement pendant 7 ans. Il en est à sa dernière année de médecine (Pédiatrie). Cette huitième année revêt un caractère particulier. Sonsun a décidé de se prendre en charge en utilisant une partie de notre aide financière de l'an passé pour investir dans une petite pharmacie à Phnom Penh. Il peut ainsi subvenir à ses besoins et assumer lui-même ses frais de scolarité de week-ends intensifs d'études et d'internat. Cette année sera très difficile pour lui et lui demandera beaucoup de courage et de persévérance. L'école de la vie lui procurera de précieux enseignements.

"Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour.

Si tu lui apprends à pêcher,il mangera toujours."

Lao-Tseu

DSC03079

Les parents de Sonsun ne sont pas en très bonnes santé. La maman a des problèmes cardiaques et le papa a des problèmes de polyarthrite rhumatoïde. Tous les deux doivent consommer beaucoup de médicaments pour lesquels nous leur apportons un soutien financier.

 

DSC02897

Kimkhorn a maintenant 25 ans. Nous l'aidons depuis 4 ans. Il est étudiant en administration à l'université. Il termine ses études cette année. Il est déterminé et participe aux financement de son projet en travaillant de 7h à 15h  six jours / semaine. Il assiste ensuite à une heure de cours d'anglais pour finalement se retrouver à l'université de 18h à 21h30 cinq jours /  semaine.

 

IMG_0334

Kimkhorn est actuellement en stage dans un hotel 5 étoiles où il étudie l'organisation du processus de réception.

 

DSC03361

La maman de Kimkhorn qui vit dans une maison sans eau ni électricité, se lève à 4h chaque matin pour aller au marché acheter des produits frais pour préparer de délicieuses soupes qu'elle vendra sur les sites d'Angkor aidée par une de ses trois filles . Cette année, nous lui avons offert l'équipement nécessaire pour griller le poisson et le poulet ce qui lui permettra des revenus supplémentaires. Cette femme est très généreuse en partageant tout ce qu'elle gagne avec ses enfants et ses petits enfants notammment en les invitant  à partager le repas du soir "en famille" avec elle plusieurs fois par semaine.

 

DSC03041

Chamroeun a maintenant 16 ans. Nous le soutenons depuis son intervention chirurgicale à l'oeil gauche il y a plusieurs années où sa vision s'est améliorée de 80%. Par la suite, l'implantation de sa prothèse dans l'oeil droit, il y a un an, lui a enlevé un gros complexe. Nous lui offrons  ses études en anglais à l'école internationale tous les le matins où il se maintient toujours dans les trois premières places. Il poursuit ses études au secondaire en kmer l'après midi. Il parle maintenant l'anglais avec facilité. Ce sera pour lui un atout majeur dans sa vie future.

DSC03030

Nous avons, encore cette année, acheté à Chamroeun une monture avec verres double foyer. Il avait brisé ses autres lunettes lors d'un malencontreux accident de moto avec sa mère.

 

Nous avons également pris en charge les soins médicaux de la maman de Chamroeun suite à son accident de moto. Après 3 mois de soins, elle marche maintenant normalement sans ses béquilles.

DSC03046

Le frère ainé de Chamroeun le conduit quatre fois par jour à l'école, soir et matin. Faute de budget, les frais de scolarité ayant considérablement augmenté, nous avons dû interrompre notre contribution à son transport scolaire.

 

DSC02538

Chikang a 12 ans. Sa maman et lui sont zéropositifs. Il se porte bien mais elle moins.

DSC02555

La modeste maison qu'ils habitent avec Sopha, le grand frère de 16 ans (en parfaite santé), a été complètement restaurée. La maman prend soin quotidiennement tout autour de son jardin de légumes, d'herbes et de fleurs.

DSC02527

La cuisine est toute en paille. Au fond à droite l'endroit du feu, au centre le garde-manger, à gauche les chaudrons. Les lattes du plancher espacées sont très fragiles et facilement inflammables.

DSC02533

La chambre à coucher avec au fond les photos souvenirs. Au plafond la moustiquaire qui protège des centaines de moustiques qui entrent par les fentes du plancher. Chikang et sa maman dorment ensemble.

DSC02530

Le hamak où dort Sopha le grand frère. Les moustiquaires sont essentiels la nuit car là aussi des centaines de moustiques s'introduisent par le plancher. À droite, le sac de riz que nous avons apporté qui sera vide très rapidement car on en mange deux à trois fois par jour. C'est un élément de base de la nourriture locale.

DSC02508

Le poulet fraichement grillé est un mets de luxe. C'est le festin pour Chikang et sa famille qui en sont souvent réduits à ne manger qu'un simple riz assaisonné. Pendant le repas, on mage et on savoure. On ne parle surtout pas.

 

DSC02553

 Depuis tout le temps qu'on se connait, j'ai maintenant le privilège d'être considéré comme un membre de la famille.

DSC02534DSC02537

Chikang heureux,

tantôt l'écolier, tantôt l'enjoué et enfin l'enfant reconnaissant rempli de gratitude !

 

DSC03295

 Panha travaille à la réception au même hôtel que Kimkhorn. Nous lui avons offert des cours d'anglais. Il fait parfois de la télévision en figuration publicitaire à Phnom Penh. Il vient de décrocher un deuxième travail de soir comm superviseur de 30 autres personnes.

 

Sina

Sina a maintenant 25 ans.

Je l'ai connu il y a plus de 13 ans.

P1010429

Il n'avait que 12 ans...

P1080371

et il habitait l'orphelinat avec ses trois frères et sa soeur depuis tout petit, suite à la disparition de leurs deux parents décédés la même année. Le village s'était alors réuni et comme on ne voulait pas séparer les enfants et devant l'impossibilité financière et logistique d'adopter cinq enfants, on avait décidé de les conduire à l'orphelinat. Sur la photo Sina est le petit à droite avec la chemise rayée. Au milieu, leur grand frère Samnang, a la tête rasée en signe de deuil pour son père qui vient de mourir.

DSC07129

Sina est ici avec son fils et ses deux plus jeunes frères (à gauche sur la photo noir et blanc précédente).

P1020101

Avant sa sortie de l'orphelinat à 18 ans, Sina a suivi une formation en cuisine. Par la suite il a travaillé dans un petit hôtel comme assistant cuisinier.

 

P1070356

 puis au Raffles Grand Hotel, un hôtel 5 étoiles .

P1020750

Sina a aussi donné des cours de cuisine asiatique aux touristes de passage au Cambodge dans un restaurant célèbre . C'est là qu'il a rencontré et choisi sa conjointe.

DSC03903

Il a aussi travaillé dans un restaurant très "class" du Cambodge.

image1

Depuis plus d'un an Sina travaille en cuisine à Dubai dans un grand hôtel, 14 heures par jour. Il s'est bien fait avoir avec un contrat de 2 ans et un bas salaire sans possibilité de promotion. On lui avait promis exactement le contraire. Sina est un cuisinier asiatique très talentueux. On lui cherche un endroit où il pourrait pleinement développer son plein potentiel n'importe où sur la planète, pourvu qu'il soit pleinement aprrécié et traité en conséquences. Vous qui lisez cet article, contactez-nous si vous pouvez lui offrir un travail à sa mesure. Merci!

DSC03230

Sina n'a pas vu son fils ni sa compagne depuis 18 mois. C'est un gros sacrifice pour lui. Chaque mois, il leur fait parvenir au Cambodge de l'argent pour le loyer, la nourriture et autres dépenses du quotidien. Un peu de cet argent sert également à payer mensuellement  un petit terrain où il espère un jour se construire une modeste habitation. Nous supportons Sina moralement et en partie financièrement pour son terrain qu'il risque de perdre s'il ne rencontre pas les échéances mensuelles. Depuis un an et demi, il n'a pas réussi à se mettre de l'argent de côté, ce qui était en plus d'acquérir de l'expérience professionnelle, l'un de ses objectifs principal.

 

DSC03223

Sinin a 20 ans. C'est le petit frère benjamin de Sina. Il vient de commencer un travail d'apprenti-cuisinier dans un petit hôtel. Ses fins de mois sont très pénibles financièrement. Sinin vient de vivre un cauchemar en Thaïlande où il est allé travailler illégalement, mal conseillé par des gens de peu de confiance. Il pensait y faire fortune. Il est revenu sans argent et très démotivé, ayant été traité avec beaucoup de mépris comme un esclave.

DSC03182

Il habite une partie du hangar d'une vieille dame seule et très handicapée qui lui accorde une réduction de loyer pour s'occuper d'elle. Il s'y sent bien en comparaison des sévices qui lui ont été infligés en Thaïlande.

DSC03199

Leur cabane est voisine d'un dépotoir infesté de rats. Les odeurs qui s'en dégagent sont étouffantes. La nuit, Sinin est souvent réveillé par les rats qui se battent sur la toiture de sa chambre.

DSC03185

Nous lui avons procuré des vêtements, un lit, des draps et des volumes pour perfectionner son anglais. Nous avons également acheté des médicaments pour la vieille dame fort malade.

DSC03224

Un matelas pour bien dormir et des vêtements neufs...c'est le bonheur pour Sinin qui a retrouvé son sourire, ce qui est rare chez lui. Sur les photos de Sinin enfant et adolescent, c'est toujours de la tristesse que l'on perçoit.

 

DSC02996

Madame Serb, c'était la directrice de l'orphelinat où se retrouvaient Sina, sa soeur et ses trois frères. C'était la "maman" au grand coeur des cinquantes enfants qui y habitaient. Je l'ai connue il y a plus de treize ans et le contact de compassion s'est immédiatement établi. Elle a aujourd'hui 78 ans.

DSC03003

Après deux ans de recherches, je l'ai retrouvée dans un village de la banlieue de Battambang. Elle habite avec sa soeur dans une modeste maison, retirée de la ville. J'avais plusieurs photos de "son" orphelinat à partager avec elle. Il y avait beaucoup d'émotions dans l'air. Elle se souvenait du prénom de chaque enfant passé chez elle dans les dix dernières années. Je trouvais important de lui exprimer la gratitude de ces enfants sur lesquels elle avait veillé sans répit, en bonne mère adoptive, pendant des années.

 

DSC03004

Selon la tradition, je lui ai offert des gâteaux et des fruits et nous avons défrayé le coût d'une partie des nombreux médicaments qu'elle doit consommer au quotidien. C'est sans compensation financière que madame Serb a quitté l'orphelinat après toutes ces années de loyaux services.

 

 

DSC03331

C'est la fête à l'école de campagne de Kok Bang . Nous apportons aux 220 enfants du primaire, le matériel scolaire requis pour les mois à venir. Bien entendu, nous y ajoutons quelques friandises.

 

C'est en moto que nous effectuons notre première livraison très tôt le matin.

Chan a passé des heures à confectionner une centaine d'emballages individuels pour les étudiants.

Puis une deuxième livraison le lendemain en après-midi. Kimkhorn et Panha participent à l'opération.

La directrice de l'école nous accueille assistée de deux professeurs. En voyant cette photo je constate avoir fait une brèche aux us et coutumes: malgré la grande chaleur, j'aurais dû, en tant que professeur et étranger, porter des pantalons longs pour cette visite à l'école. Au nom du respect de la personne plus âgée, ni Kimkhorn, ni Panha ne feront de commentaires sur ma tenue vestimentaire même s'ils ont très bien vu ma tenue non conforme.

Cette fois-ci, Kimkhorn a osé me proposer de donner le matériel de mains à mains aux enfants au lieu de le déposer sur leur pupitre. J'ai bien apprécié cette intervention qui a favorisé le contact beaucoup plus direct.

 Kimkhorn et moi (ah ce short!) avons été les étudiants d'un jour avec le professeur et les élèves qui en étaient ravis.

En route, nous avons également distribué du matériel scolaire à cette petite école bouddhiste d'anglais.

 

 

 

Kakada10

Après quelques années sans ses nouvelles, j'ai revu Kakada. Son frère et lui sont séropositifs mais se portent bien.

DSC02419

Kakada a maintenant 24 ans. Il étudie à l'université et a un petit travail le soir. Il a acquis beaucoup de maturité. Sa jeune soeur a bien grandi. Toutefois sa grand maman est toujours malade et habite dans une case qui menace de tomber tant ses structures son abimées par les termites. Nous souhaitons avoir le budget nécessaire l'an prochain pour participer à la reconstruction de la maison. Pour l'instant, nous avons aidé la vieille dame pour ses médicaments.

FB_IMG_1458006406690

Kakada a peint une murale pour l'université.

Apsara

Kakada est un artiste qui a produit beaucoup de belles créations, spécialement ses apsaras célestes. Mlaheureusement, nous n'avons pas encore trouvé une personne pour prendre en charge sa carrière car il n'a aucun sens des affaires. Pauvre, il vend ses réalisations pour moins que rien. Nous avons renouvellé son matériel de dessin et acheté des fournitures scolaires pour lui.

 

 

 

 Makara a 27 ans. Je le connais ainsi que sa famille depuis plusieurs années. C'est lui qui me négocie de bons prix pour mon long séjour au Cambodge. C'est un être très disponible et très serviable.

 

Nous lui avons apporté une toute petite contribution financière pour le CAFÉ qu'il vient d'ouvrir à l'intérieur de la maison familiale. L'an passé, nous lui avions offert des cours d'anglais. Sur la photo, Makara est celui qui tient l'affiche et sa soeur, sa maman (ravissante) et son papa (copie conforme avec son fils Makara) sont au premier rang sur la photo.

 

 

CnxUni

Encore cette année, j'ai effectué une tournée d'enseignements comme professeur invité au département de Psychologie à l'université en Thaïlande...

DSC01209

 et à l'université au Cambodge.

DSC03139

Les étudiants khmers démontrent un très grand intérêt pour toute ces nouvelles approches en psychologie.

DSC03173

Ils s'impliquent, les bonzes inclus, questionnent et intègrent à leurs croyances anciennes..

DSC03169

J'ai été comblé par la participation active de ces étudiant(e)s, ce qui n'est pas monnaie courante en Asie du Sud-Est où le professeur détient souvent le pouvoir et la vérité. Il est question d'organiser des séminaires intensifs pour l'an prochain.

 

 

Chan a 21 ans. Il est l'ainé d'une famille de 5 enfants. Il travaille dans un restaurant le soir et étudie le jour. Le drame de sa vie fut la mort subite de sa petite soeur de 7ans qu'il adorait.

Sonsun étant absent, c'est lui qui l'a généreusement remplacé pour m'accompagner en moto chez Chikang (150 kilomètres), chez les parents de Sonsun (90 kilomètres), à l'école de campagne (60 kilomètres) et au grand rituel des bonzes sur les sites d'Angkor sans compter de nombreux autres déplacements.

DSC02563

Des milliers de moines venant de tout le Cambodge viennent réciter des mantras avec la population.

DSC02579

Par la suite, il recevront des "tonnes" d'offrandes en nourriture, en argent et en fleurs. Ils retourneront au monastère avec chacun un sac de riz de 50 kilos remplie de victuailles.

 

DSC02632

Certains novices sont des enfants des villages pauvres qui se retrouvent au monastère afin d'avoir éducation, gîte et nourriture. 50% de la population du Cambodge a moins de 15 ans. Il est donc impossible aux familles d'agriculteurs de nourrir toutes ces bouches. L'enfant garçon n'a donc pas le choix. Il doit très jeune se trouver seul un monastère d'accueil à des centaines de kilomètres de chez lui. Pour certains cette démarche est terrifiante. Ils n'on jamais quitté leur campagne et ils se retrouvent tout-à-coup seuls en ville dans une gare d'autocar.

DSC02614

Avec d'autres pélerins je me prépare à donner de l'argent aux bonzes. On achète sur place de très petites coupures monétaires en billets de 100 riels, l'équivalent de .02 cents chacun. On fait de longues prières pour demander la protection du bouddha et ensuite on distribue nos dons aux moines qui défilent devant nous.

 

Sur les sîtes sacrés du Bayon, c'est maintenant la pause pique-nique du midi des moines.  Il faut faire vite car un moine, selon la règle, ne peut manger que deux repas par jour : l'un à 7 heures le matin et l'autre vers 11h30.

 

DSC02656

Chan m'a expliqué minutieusement tous les rituels d'usage sur les sites d'Angkor en cette journée très mystique. Cette fois, j'ai porté des pantalons longs. Pas question d'avoir des shorts même s'il fait 38C. Chan m'appelle son enseigant bien aimé en gratitude pour toutes ces  notions de psychologie que je lui partage et qu'il intègre rapidement.

Son projet est d'organiser une coopérative d'élevage de poulets dans son village natal afin de procurer du travail aux gens très pauvres. Je sais qu'il réussira car il est persévérant, intelligent et courageux.

 

Pin

 J'ai revu brièvement Pin qui a maintenant 24 ans. Il travaille toujours en électricité avec les ooutils que nous lui avons procuré. Sa maman est retournée vivre à la campagne pour prendre soin de son fils handicapé et de sa mère maintenant seule. Il s'est fait une charmante petite amie.

 

 

Luang Prabang au LAOS

DSC03606

 J'ai passé quelques jours au Laos que j'ai retrouvé bien changé, industrialisé et envahie par les Chinois bruyants, pressés et peu souriants. Ce pays a toutefois conservé ses magnifiques paysages au bord du Mékong

DSC03506

 

DSC03451

 Lors de mon bref séjour, j'ai pu dépanner deux personnes : Aden et Phone

Aden1

Dès que j'ai rencontré Aden dans le café où il est serveur, j'ai immédiatement pensé à Chamroeun au Cambodge. J'ai donc osé lui demander comment il vivait l'absence de son oeil droit. Il fut étonné et gêné (avec raison) par ma question. Je lui ai immédiatement proposé de trouver une solution. Il a dit OK sans trop comprendre ce qui se passait.

Aden3

Après une journée de recherches intenses et avec la difficulté de la langue, j'ai trouvé un ophtalmologue qui a accepté de lui poser une prothèse. C'était le début d'un temps nouveau pour Aden.

Aden4

Dès son retour au travail, Aden crée tout un émoi. Que s'est-il passé demandent ses camarades? Ils sont éblouis et stupéfaits. Et voilà que chacuns et chacunes me prennent pour un chaman guérisseur et me proposent de soigner tous les malades de leur famille. Je dois quitter rapidement les lieux.

Aden2

 Grâce à votre générosité, la magie de l'alchimie s'est produite et la vie de Aden sera changée à tout jamais.

Phone 1

Phone que j'ai rencontré au bord de la rivière Nam Kan a eu un accident de moto où il  s'est cassé le poignet. Faute d'argent, il ne peut aller à l'hôpital et souffre atrocement. Je lui propose de le conduire à l'hôpital et il accepte.

 

Phone 2

 Après plus d'une heure de tentative de communications, cet hôpital étant tenu par des chinois, on réussit à se comprendre et à trouver un médecin pour examiner Phone. Il accepte effectuer une intervention chirurgicale en salle d'opération (payable à l'avance sans trop savoir car tout est en chinois) . Encore une heure d'attente (c'est l'heure du repas du soir) et enfin on procède. Tout a bien réussi mais Phone sera en arrêt de travail (non rénuméré) pour deux semaines. J'ai quitté le Laos sans savoir la suite, Phone effectuant sa convalescence avec sa famille, loin à la campagne.

 

 

 

Votre compassion et votre générosité, m'ont permis de poser des actions concrètes sur le terrain encore cette année en Asie du Sud-Est. Merci 1000 fois !

 

 

La générosité procure du bonheur à chaque étape de sa manifestation.

Nous ressentons de la joie en prenant la résolution d'être généreux.

Nous ressentons de la joie dans l'acte même de donner quelque chose.

Et nous ressentons de la joie au souvenir d'avoir donné.

 Bouddha