HomeC11_1

L'hôpital pour enfants d'Angkor au Cambodge a mis sur pied un programme de visites à domicile pour les enfants atteints du virus du sida. Cinq cents enfants sont encore suivis chez eux dans leur famille. On tente de rendre accessible aux familles des campagnes les services des professionnels de la santé : suivi médical, médicaments, programme d'éducation à l'hygiène et à la saine alimentation. Ces services sont gratuits (grâce à vos dons) et à chaque visite, un support psychologique est apporté et de la nourriture avec des légumes provenant du jardin biologique de l'hôpital .

HCareVon1HCareVon2

Von a 3 ans. Son père, sa mère et lui sont séropositifs. Toutefois ses 3 frères ne sont pas infectés. Pour leur première visite à l'hôpital avec Von, la mère et la grand mère ont dû marcher 8 kilomètres dans un chemin de brousse pour ensuite faire 60 kilomètres de transport en commun très rudimentaire.

CambTranspCom

HCareVon3

Cette famille dégage plein de bonnes énergies. Le moral est excellent et la présence de l'infirmier Sophearin est très appréciée. Le moral est excellent pour une belle survie familiale.

Nous avons eu peine à rejoindre cette maison de brousse, les sentiers étant presque impraticables.

HCareVonGMa

La grand-maman au Cambodge est une femme extrêmement courageuse. Après avoir élevé une grosse famille, elle recommence avec ses petits-enfants dont elle s'occupe souvent à plein temps. La maladie, le papa vivant ailleurs ou l'extrême pauvreté obligeant la mère à travailler à l'extérieur font qu'elle devient indispensable pour la survie de sa progéniture.Cette grand-mère est une femme brillante qui gère très bien l'organisation familiale. Quelles leçons de résilience, ce ressort intime face aux coups de l'existence, que cette visite !

Lin1

Lin a 7 ans. Elle est la seule a être infectée par le virus du sida dans sa famille. Sa mère qui s'en occupe a eu deux filles d'un premier mari décédé et deux enfants d'un deuxième : Lin et son petit frère.

Le papa est parti vivre ailleurs. Le sourire est quand même de rigueur dans cette famille.

Lin2

Cette petite hutte au milieu de la brousse est un oasis de joie. Sophearin est attendu et très rapidement le voisinage nous entoure. On veut savoir qui sont ces visiteurs et que viennent-ils faire ?

Lin_3

La mère et ses deux enfants portent fièrement les vêtements offerts en provenance du Québec.

Lin4

Cette casquette a vite trouvé preneur chez le petit frère.

Lin5

Les poux ont eut raison de ce voisin espiègle qui s'amuse à surgir des coins les plus inusités.

Phin_4

Notre troisième visite nous conduit dans une famille ayant un niveau de vie un peu plus aisé que les précédentes. Les parents eux aussi séroposifs sont absents.

Phin1

Phin a 8 ans et il vit avec le VIH depuis sa naissance. Il est le benjamin de la famille et partage avec ses parents l'infection du virus. Il a deux soeurs.

Phin_2

L'une d'elle est handicapée intellectuelle et souffre d'épilepsie et elle a souvent des attaques convulsives avec perte de connaissance. Elle marmonne sans arrêt tenant des propos souvent incohérents. Elle a un lien spécial avec ses petits chiens qui semblent bien la comprendre.

Phin_3_

De façon répétitive et compulsive, la grande soeur de Phin nous remercie pour ce filtre à eau offert par l'hôpital pour enfants d'Angkor.

SokhaMines

Nous nous enfonçons de plus en plus dans la brousse. Cette affiche est peu rassurante mais notre guide connaît le bon chemin à prendre.

SokhaAigrettes

Ces oiseaux semblent nous observer. Ils sont nos seules rencontres chemin faisant.

SokhaVach

Cette vache et son petit nous indiquent qu'il y a des humains pas très loin puisque le soir, selon la tradition, elle doit dormir dans un abri voisin de la maison de son maître.

SokhaMais1

Nous arrivons enfin là où devrait habiter Sokha, petit garçon de 3 ans et demi.

Sokha2

Sokha et sa maman (également infectée par le virus du sida) n'y sont pas.Ils sont devenus itinérants depuis le jour où leur modeste maison fut détruite par un incendie de broussailles. Ils étaient alors absents pour leur première visite à l'hôpital. Ce même jour, la mère seule avec son enfant (le mari étant disparu), dut apprendre deux mauvaises nouvelles : que son jeune enfant était séropositif et que sa maison s'était envolée en fumée.

Nous avons donc laissé le panier de provisions à l'occupante de cette case. Nous reviendrons avec les médicaments un autre jour.

Quel bel exemple de courage.

"Nous tirons notre courage de notre désespoir même." Sénèque, philosophe latin

À suivre pour 4 autres visites...